écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

L’attaque israélienne en Syrie dévoile les liens des terroristes étrangers avec Israël et rouvre un front fermé depuis 40 ans : Le Golan !…

Plusieurs raids aériens d’Israël contre le territoire syrien et le refus de Damas de répondre au feu par le feu continuent de monopoliser les médias qui spéculent sur différents scénarios de réponse syriens.

11 mai 2013

Jeudi le vice ministre syrien des AE a affirmé à l’AFP que son pays riposterait immédiatement à toute nouvelle action israélienne. " Notre riposte sera puissante et douloureuse, a-t-il affirmé. Ces propos constituent un ultimatum en direction d’Israël ; un ultimatum dont les différentes dimensions s’éclaircissent rien qu’en tenant compte des réactions de tous les protagonistes de la scène syrienne. Debkafile, le site proche du renseignement israélien, reconnait la perte des dizaines de localités ces derniers jours par les rebelles au nord ; au centre et au sud de la Syrie. "

Les rebelles ont perdu le 8 mai aussi la localité stratégique de Ghazala à Joran au sud de la Syrie. c’est une localité qui ouvre la voie de transit depuis la Jordanie aux soldats de l’armée syrienne. Cette reprise a mis au pas les rebelles sur les frontières israélo-jordaniennes" note Debkafile. Le site en vient par la suite à s’intéresser au Golan, ces hauteurs ultra-stratégiques qui ont été bien calmes depuis 1973 mais promettent désormais un été bien chaud à Israël. Assad vient de l’annoncer : “Le Golan est la nouvelle terre de la résistance” ! Le président syrien aurait donné aux forces de résistances palestiniennes du FPLP le feu vert d’utiliser le Golan comme base pour leurs attaques aux missiles et aux roquettes contre Israël. Les Syriens ont annoncé cibler désormais toute ambulance israélienne qui s’aventurerait dans cette région pour évacuer les blessés de l’ASL.

Le réseau d’entraide Israël/ASL fonctionne au Golan depuis des mois. Les agents du Mossad informe les hôpitaux sionistes de la présence des blessés de l’ASL et les ambulances israéliennes viennent les évacuer. Le front Al Nosra, lié à Al Qaida a jusqu’ à présent profité du cessez le feu israélo-syriens au Golan pour déployer ses élements dans une zone tampon d’une superficie de huit kilomètres carrés. Les rebelles ont enlevé quatre casques bleus ces derniers jours dont trois sont palestiniens. Le Golan est un véritable véranda qui du côté israélien surplombe le sud syrien et le nord jordanien. Et c’est d’ailleurs là que l’hoptial de campagne israélien s’est dressé et qu’il accueille tous les jours les terroristes blessés en action en Syrie avant d’être transportés à Haifa ou encore à Saphad. Ceci témoigne d’une chose : une zone sécuritaire s’est formée de facto sur le Golan qui rappelle l’alliance isarélo chrétienne de 76, au plus fort de la guerre civile au Liban.

A l’époque Israël secourait les blessés maronites. Les maronites éloignaient les Palestiniens des frontières d’Israël, circulaient librement en Israël et bénéficiaient de multiples facilités. L’arme du sud liban était une milice composée de 2500 membres et parfaitement aux ordres d’Israël un peu comme ASL d’aujourd’hui. Le retrait en l’an 2000 d’Israël du sud du Liban a sonné le glas de cette milice et c’est le Hezbollah qui contrôle depuis cette zone.

Ailleurs en Syrie, d’autres zones sécuritaires contrôlées par les groupes amis de l’Etat syrien sont en train de se former : Al Quassir entre Damas, Homs et le Liban qui est désormais assiégé par les forces d’Assad et du Hezbollah. A Damas, la localité de Zeynabiya est protégée par l’armée syrienne et ses amis Hezbollah. Et puis au sud de la Syrie, la protection de trente villages chiites est assurée par le Hezbollah. La ligne de front Israël /Hezbollah s’est déplacée à l’intérieur de la Syrie, le raid israélien du 5 mai est le premier signe de ce changement. La Syrie est désormais un Etat de la résistance d’el-Assad et du hezbollahi.

10 mai 2013


Note

Le Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) mentionné ici est moins connu que l’OLP, le Fatah ou le Hamas. C’est une organisation créée en 1967 par un Palestinien et un … Syrien, mouvement socialiste révolutionnaire, directement issu du MNA (Mouvement National Arabe), dit mouvement pan-arabe dont le grand leader fut l’Egyptien Nasser et ses émules : Kadhafi et Haffez Al-Assad, le père de Bachar.
Bien que moins connu que les autres mouvements de résistance palestiniens, le FPLP n’en est pas moins une force dévouée à la libération de la Palestine occupée, empruntant une voie révolutionnaire marxiste. Le mouvement est plus connu en France suite à une affaire qui défraie toujours la chronique de temps à autre, celle de George Ibrahim Abdallah, membre des FARL (Factions Armées Révolutionnaires Libanaises), affilées au FPLP et condamné pour complicité dans l’assassinat en 1982 à Paris de deux “diplomates”, l’un américain et l’autre israélien.
L’attaque israélienne du week-end dernier sur la Syrie a non seulement échouée dans ses buts d’aide aux terroristes étrangers ouvertement dévoilés sionistes maintenant, mais elle a eu pour résultat de rouvrir le front du Golan contre Israél, fermé depuis près de 40 ans et a promu la Syrie laïque de soutien à État de la résistance palestienne anti-sioniste.
Bel exploit qui va redonner espoir à bien des gens ! [Résistance 71]