écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Interview de l’ambassadeur de la Fédération Russe auprès de l’OTAN
Dimitri Rogozine : « Non au NATO-centrisme et à l’encerclement de la Russie ».

Une interview exclusive de Dimitri Rogozine, ambassadeur de la Fédération Russe auprès de l’OTAN, est parue dans le dernier numéro de la revue italienne Eurasia, consacré à La Russie et le système multipolaire.

22 avril 2010 | - : OTAN Ingérence Russie Etats-Unis

Dimitri Rogozine
Rogozine a discuté avec Tiberio Graziani et Daniele Scalea de l’avenir de l’OTAN (« déchirée par des problèmes nationaux, financiers et idéologiques ») et de la coopération avec la Russie.

L’ambassadeur a critiqué le « Nato-centrisme » et relancé la proposition du président russe Medvedev pour un accord sur la sécurité européenne qui « tourne vers l’extérieur tous les canons du continent », en empêchant l’irruption d’un nouveau conflit en Europe.

On y a évidemment abordé le thème de l’Afghanistan, aire dans laquelle la convergence d’intérêts entre Moscou et l’Alliance Atlantique est plus forte, bien que Rogozine n’ait pas épargné quelques traits contre l’OTAN. L’ambassadeur a de fait affirmé qu’on ne peut pas « évaluer positivement le bilan des activités de l’ISAF », et que si aujourd’hui les troupes atlantistes quittaient le pays, le régime de Karzaï durerait moins que celui du communiste Najibullah après le retrait des soldats soviétiques. Une sortie hâtive de l’OTAN hors d’Afghanistan déstabiliserait l’Asie Centrale et poserait de « nouveaux défis » à la Russie, mais Rogozine a voulu préciser que l’appui de Moscou à l’Alliance atlantique n’est pas inconditionnel : l’ambassadeur s’est déclaré « extrêmement indigné » par la réticence de l’OTAN à détruire les cultures de pavot d’opium, dont dérive l’héroïne qui envahit la Russie ; réticence qui contraste avec les bombardements réguliers des bases de narcotrafiquants en Colombie. « N’est-ce pas parce que la cocaïne est dirigée vers les États-Unis et l’héroïne, par contre, vers la Russie ? » se demande de façon rhétorique Rogozine, en précisant que la patience des Russes « a atteint ses limites ».

Enfin Rogozine a montré de l’inquiétude pour « la politique d’encerclement de la Russie avec des bases militaires au sud et à l’ouest » par les USA, souhaité le renforcement du Traité de Sécurité collective qui lie la Russie à de nombreux autres pays ex-soviétiques, et critiqué l’ingérence de l’OTAN dans les questions concernant l’Arctique.

L’interview de 4 pages à l’ambassadeur Rogozine, qui a abordé bien d’autres thèmes encore, peut être lue en version intégrale sur le numéro 1/2010 de la revue de géopolitique Eurasia , consacré à La Russie et le monde multipolaire.

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio.

Texte original en italien :
http://www.eurasia-rivista.org/3896/d-rogozin-no-al-nato-centrismo-ed-allaccerchiamento-della-russia