écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Un article de Diana Johnstone
Ne pleurez pas pour Strauss-Kahn

Dans un flot de sondages d’opinion soigneusement conçus, d’éditos et de livres à la limite de l’idolâtrie, l’industrie française de la communication avait déjà scellé l’élection présidentielle de l’année prochaine. Le perdant serait Nicolas Sarkozy, qui se traîne dans les sondages. Le gagnant serait Dominique Strauss-Kahn, en constante progression.

22 mai 2011 | - : Lobbies France

Il est vrai que le Parti Socialiste français n’avait pas encore choisi son candidat et que Strauss-Kahn n’avait pas encore annoncé sa candidature, mais la primaire socialiste et l’élection elle-même ne devaient être à peine plus que des formalités. Connu sous ses initiales, à l’instar du Fonds Monétaire International qu’il dirige actuellement, DSK était le choix évident des éminences grises économiques, et il était vendu avec vigueur au public comme le candidat « le plus compétent ».

Puisque DSK devra paraître devant un jury new-yorkais - et non pas devant les juges de la Cour Criminelle Internationale -, les commentateurs soulignent qu’il est, bien sûr, innocent tant qu’il n’a pas été reconnu coupable. Sans doute. Mais ce scandale a déjà mis la campagne présidentielle sens dessus dessous.

Le Parti Socialiste français a été plutôt stupéfait de voir son candidat supposé imbattable se tirer une balle dans le pied, avant même que la course ne commence. Les théories du complot prolifèrent. Tout cela ne serait-il pas un complot de Sarkozy ?

Mais Nicolas Dupont-Aignan, un candidat mineur qui essaye de ressusciter la tradition du gaullisme social, dit, contrairement à beaucoup d’observateurs, qu’il pense que l’élimination de DSK est une chance pour la gauche : “Dominique Strauss-Kahn était un faux bon candidat pour la gauche et je pense que la droite aurait tort de se réjouir. J’ai toujours pensé qu’il y avait une sorte de fausse mode Strauss-Kahn et qu’il était peut-être le meilleur adversaire de Nicolas Sarkozy...

En effet, quelques jours seulement avant que le scandale de la chambre d’hôtel n’éclate, DSK était vivement critiqué après avoir été photographié en train de monter dans une luxueuse Porsche - certes, pas la sienne, mais ironiquement celle de son conseiller en relations publiques (“en communication”, dit-on ces derniers temps). Mais cela ne faisait que rappeler que le candidat socialiste potentiel n’a rien d’un homme du peuple. La vie luxueuse de Strauss-Kahn n’est un secret pour personne, son appétit de richesse et de pouvoir équivaut bien à celui de Sarkozy, et sa réputation de séducteur a épicé pendant des années les conversations dans les dîners parisiens. Qui plus est, on lui a prêté un style de coureur de jupons qui s’apparente moins au stéréotype du Latin lover qu’au “chimpanzé en rut”, comme a dit une jeune journaliste qui a raconté en public comment elle avait dû se battre avec lui becs et ongles pour ne pas être violée.

Mais le véritable scandale pour le Parti Socialiste est celui qu’il n’a même pas encore commencé à reconnaître : qu’il avait placé ses espoirs électoraux dans un champion du capitalisme financier mondial, le président du FMI. Quelle que soit l’issue des poursuites à New York, l’éclatement de la bulle DSK marque la totale dégénérescence du Parti Socialiste en France, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la vie sexuelle de ce dernier.

Il y a trente ans, le rusé François Mitterrand conduisait les politiciens du Parti Socialiste à une victoire électorale qu’ils célèbrent encore aujourd’hui. Alliés au départ avec le Parti Communiste Français, pour mieux le subjuguer et le détruire, les socialistes de Mitterrand se sont lancés dans une volée de réformes, mettant fin à la peine de mort, nationalisant des entreprises et abaissant l’âge de la retraite, avant de s’en détourner deux ans plus tard et abandonner la politique économique socialiste comme étant impossible à poursuivre dans le contexte du libre-échange de la Communauté européenne (désormais Union Européenne). En réalité, l’ère de Mitterrand a enterré le socialisme - voire même la social-démocratie - mais le Parti Socialiste a continué à s’autoproclamer “la gauche”. Il ne se réfère plus aux politiques économiques qui favorisent la classe ouvrière, mais, par-dessus tout, aux questions morales, telles que l’antiracisme et toutes sortes de bonnes intentions vagues.

Les socialistes n’étaient plus socialistes, ils n’étaient plus rien de précis.

Avec Dominique Strauss-Kahn, la simple absence de socialisme évolua en quelque chose de plus vigoureux : la promotion sans réserve du capitalisme global. Après être devenu ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, en 1997, il a totalement inversé la direction prise initialement par Mitterrand, effectuant une vague de privatisations, remettant les télécommunications, l’acier, l’aérospatial, et autres industries clés françaises, aux caprices du capital de la finance internationale. C’est ce que l’on attendait du vice-président du très influent “Cercle de l’Industrie”, qu’il a rejoint en 1994 à l’invitation de Raymond Lévy, président d’honneur de Renault. Dans ce cénacle réservé, dédié à la promotion des intérêts de l’industrie dans les institutions européennes, DSK fréquentait les mêmes capitalistes français de premier plan dont la compagnie enchante tellement Nicolas Sarkozy. En effet, ce n’est que justice de laisser entendre que Sarkozy a choisi DSK pour diriger le FMI, non seulement, comme cela est répété constamment, pour maintenir son rival hors de France, mais également parce que les deux hommes partagent précisément le même point de vue en matière de politique financière internationale.

DSK s’est constamment opposé à la dernière réforme du Parti Socialiste destinée à favoriser les travailleurs, à savoir la réduction du temps de travail à 35 heures hebdomadaires adoptée en 2002. Ayant rédigé sa thèse de doctorat en économie sur les “ressources humaines”, il a argumenté à la fois en faveur d’une durée hebdomadaire de travail plus longue et en faveur de l’augmentation de l’âge de départ en retraite, “à présent que nous vivons jusqu’à cent ans”.

C’est un signe de dégénérescence de la vie politique que les commentateurs ont réagi à l’affaire de la Porsche en disant que DSK devait changer d’image. Le fait qu’il soit clairement un défenseur enthousiaste du capital financier multinational posant comme un socialiste n’était pas le problème ; le problème était que cela se voyait. Il avait besoin de faire quelque chose pour avoir l’air plus concerné par les gens ordinaires. Personne n’aurait imaginé avec quelle rapidité cela allait se faire.

Il y a une autre raison pour laquelle DSK aurait été un candidat vulnérable pour les socialistes. Le PS a souvent été le parti choisi par les électeurs des communautés issues de l’immigration, mais cela s’est compliqué avec le conflit israélo-palestinien. Tous les politiciens français qui ont quelque chance d’être élus sont pro-israéliens, mais DSK est allé plus loin que les autres en écrivant : “Je considère que tout Juif de la diaspora, et donc c’est vrai en France, doit partout où il le peut apporter son aide à Israël. C’est pour ça d’ailleurs qu’il est important que les Juifs prennent des responsabilités politiques. Tout le monde ne pense pas la même chose dans la Communauté juive, mais je crois que c’est nécessaire. [...] En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël.” [1] Ce genre de propos était apte à générer l’enthousiasme de la communauté juive importante de Sarcelle, en banlieue parisienne, qui l’a élu maire. Mais c’est étrange pour un candidat à l’élection présidentielle de déclarer que la première motivation de sa carrière politique est son souci pour un pays étranger.

Dans ses commentaires, Nicolas Dupont-Aignan a été le premier homme politique en France à faire part de sa préoccupation pour la victime. “... si les faits sont confirmés, il s’agit d’une affaire très grave [...] [je pense d’abord] à la victime dont personne ne parle. [...] Si c’était arrivé en France, je ne suis pas sûr que la police aurait osé interpeller DSK.” Dupond-Aignan a déploré le fait que la France “gardera cette image de la culture de l’impunité de nos grandes personnalités. [...] Les Etats-Unis”, a-t-il conclu, “ont beaucoup de défauts mais sur les affaires de mœurs, ils ont moins cette culture de l’impunité qui règne dans notre pays”. [2]

Beaucoup de Français verront les poursuites contre DSK comme symptomatique du puritanisme américain. Il est certain que ce scandale attirera l’attention sur les différences culturelles entre les deux pays, y compris ce qui a causé un scandale majeur. En été 2004, une énorme agitation s’était produite en France, lorsqu’une jeune femme soutint avoir été la victime d’un groupe de jeunes gens beurs et noirs qui l’avaient attaquée dans un train de banlieue parce qu’ils pensaient qu’elle était juive. Même le Président de la République Jacques Chirac s’était joint au chœur des protestations contre cette “attaque antisémite”. Il s’avéra que cette jeune femme avait tout inventé pour s’attirer la sympathie de sa famille. Dominique Strauss-Kahn avait alors affirmé que “si c’est un coup monté, évidemment, ce serait critiquable en tant que coup monté. Mais ça ne changerait rien au fait que c’est la dixième ou la vingtième agression de ce genre”. [3]

C’était symptomatique d’une “gauche” qui avait abandonné la classe ouvrière, tout en se vendant comme étant uniquement concernée par les questions morales, telles que la promotion du féminisme et le combat contre le racisme et l’antisémitisme. L’ironie parfaitement appropriée pour ce faux-semblant serait que le PS soit pulvérisé par la révolte d’une femme de chambre africaine victime de sévices.

Diana Johnstone
Counterpunch, 17 mai 2011.

Traduit de l’anglais par [JFG-QuestionsCritiques (18.05.2011)]http://questionscritiques.free.fr/edito/CP/Diana_Johnstone/DSK_Dominique_Strauss-Kahn_Parti_Socialiste_FMI_180511.htm – Version revue par Diana Johnstone (22.05.2011).

Texte original en anglais (17.05.2011) : "Weep Not for Strauss-Kahn", CounterPunch.



[1Paru dans la revue Passages N° 35, février 1991.

[2Propos recueillis par “Nouvelles de France”, le 15 mai 2011

[3Il avait tenu ce propos sur Antenne 2 au journal télévisé de 20 heures, le 12 juillet 2004.