écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Un article de Mohamed Bouhamidi
Libye : Le retour au tribalisme, au clanisme et à la royauté religieusement obscurantiste

La proclamation d’une entité autonome dans l’Est libyen rappelle cruellement la réalité sociologique d’une Libye patriarcale et tribale.

11 mars 2012

Notons, au passage, que ce genre de structures sociales ne laisse aucune place au choix politique individuel et fait du vote d’une personne l’expression du choix du clan et non du sien. C’est dire l’imposture de ceux qui ont habillé la destruction de l’État libyen et de la Libye avec les oripeaux démocratiques déjà mis en haillons en Irak, en Afghanistan, à Ghaza, dans l’île de Grenade, à Guantanamo, dans le Patriot Act ou dans la légalisation américaine de la torture.

Pendant que la presse dominante encensait la destruction de la Libye, suivie, avec zèle, par la presse néocoloniale indigène, des dizaines d’articles et de textes alternatifs alertaient sur le web de l’inéluctable dislocation de ce pays avec la démolition de l’État libyen et des buts réels des agresseurs, lesquels avaient obstinément refusé les propositions africaines de négociations, acceptées du reste par Kadhafi. Il ne fait aucun doute que l’OTAN – et particulièrement le couple Sarkozy - Cameron – cherchait à infliger à la Libye le maximum de destruction et laisser le maximum de blessures et de rancœurs insurmontables. Ces analyses dévoilaient les buts stratégiques de morcellement du pays après la division du Soudan, et ce, afin de créer sur toute la zone sahélienne des mini-États en guerre et en demande permanente de protection extérieure, en contrepartie du bradage de leurs ressources.

La partition de la Libye n’est ni un accident ni un effet « non désirable ». C’était le but même de la guerre. Sarkozy et Cameron savaient très bien que le CNT servait juste à camoufler la mise en branle des forces les plus rétrogrades à travers des identités politiques, tribales et religieuses d’avant la colonisation. La presse dominante a soigneusement caché le lynchage des Noirs libyens – il ne fallait pas réveiller la vigilance et la conscience des Noirs américains – sinon il aurait fallu expliquer que ce lynchage prévient de la vengeance de leurs anciens maîtres (ou de leurs enfants) qui ne leur auraient pas pardonné leur libération. Jeter un œil sur la Mauritanie et sur l’histoire des « Haratine » (ou « H’ratane » en Algérie) permet en effet de cerner la question.

Le retour au tribalisme, au clanisme, à la royauté religieusement obscurantiste des Senoussi, à l’idéologie esclavagiste des notables féodaux et au fétichisme et à l’animisme de la mort par la profanation des cimetières prélude à la mort spirituelle de la foi, voilà le contenu démocratique des bombes de l’OTAN et des gauches européennes, et voilà le contenu démocratique de certaines gauches algériennes qui ont tenté de nous vendre les « bienfaits » de l’OTAN par « la libération des Berbères » de Nefoussa. Fiction politique, fiction militaire, fiction sociale, le CNT ne servait donc qu’à couvrir l’action de forces réelles, mais rebutantes, que sont les tribus et leurs identités passéistes, l’OTAN, le Qatar, la CIA et ses Belhadj, ses Shalabi ou ses Jibril.

Quelques jours avant la proclamation de l’entité de Brêga ou Cyrénaïque, la presse française et sa comparse indigène ont commencé à lever le voile sur les crimes de guerre des « thouwars », sur le sort barbare réservé aux Noirs, sur les tortures jusqu’à la mort... Beaucoup de gens se sont interrogés sur l’origine de cette volte-face dans le traitement médiatique et se sont demandés s’il ne s’agissait pas d’une autocritique sans mea-culpa.

L’explication du mystère est tout entière dans la proclamation de cette nouvelle entité qui ruinait toutes les manœuvres de Sarkozy et ses ententes faussement secrètes avec le CNT. Cette autonomie de la Cyrénaïque n’était plus qu’une question de circonstances.

Pendant que le Qatar investissait sur le terrain dans les milices, dans les groupes djihadistes et dans les forces spéciales, et pendant que les États-Unis plaçaient leurs hommes passés par Guantanamo ou par la CIA dans les postes-clés, tout en téléguidant l’action du Qatar, des Saoudiens et de la Turquie, Sarkozy n’avait que la fiction du CNT pour signer ce fameux accord secret accordant aux Français le tiers du pétrole libyen. Et les Français n’ont eu que cette fiction du CNT pour croire à des contrats de reconstruction, d’armement ; ou encore ce contrat indécent de contrôle des frontières libyennes, côté algérien.

Durant la guerre d’agression, les analystes et observateurs avaient souligné le rôle de sous-traitant de la France. Elle se retrouve sans aucun recours. Sa seule planche de salut est d’aller contre les buts de la guerre qu’elle a exécutée pour le compte des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne et d’essayer de donner le maximum d’oxygène au CNT pour ne pas tout perdre. Du côté de la Tripolitaine et du Fezzan, la douche est glacée avec une prise de conscience d’enjeux autrement plus importants que celui de tenter de vivre la réalité à travers une PlayStation. Du coup, les milices se montrent prêtes à discuter d’intérêts supérieurs à ceux de leur univers tribal, en attendant que se décide le sort du pays en tant que nation et en tant qu’identité supérieure à celles des tribus.

L’Algérie deviendra-t-elle le seul acteur régional capable d’éviter une implosion à la Libye ou, du moins, une implosion incontrôlée ? Quel paradoxe ! Surtout si l’on se souvient que le titre phare de la presse coloniale locale se faisait le relais des menaces d’un Abdeljalil reconnaissant aujourd’hui n’avoir aucun moyen d’assurer l’unité de la Libye. Retenons, quand même, la reconnaissance timide et honteuse des crimes des rebelles, tout en notant qu’elle cherche à occulter le pire d’entre eux : avoir servi de supplétifs à des agresseurs étrangers. Nous savons déjà que cette presse ne pleure pas les malheurs des Libyens mais cherche à détourner un cours de l’histoire qui fait de la France de Sarkozy le dindon de la farce américano-qatarinne dans ce pays.

Mohamed Bouhamidi
Le Jeune Indépendant, 9 mars 2012.