écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Dans une guerre défensive l’Iran est capable de paralyser l’approvisionnement en pétrole

La phase finale des manœuvres militaires iraniennes baptisées « Grand Prophète 7 »
a été couronnée par le lancement d’un nouveau type de missile, nommé Khalij Fares (le Golfe persique), qui a réussi à viser un objectif maritime déterminé.

7 juillet 2012

Selon le correspondant du site d’information iranienne, Mehrnews, « cette troisième journée des manœuvres militaires des forces aérospatiales des Gardiens de la révolution s’est couronné par le lancement réussi d’un nouveau missile Khalij Fares contre un but spécifique maritime ; aussi différentes copies de bases navales ennemies seront la cible de drones militaires iraniens ».

Il convient également de noter que « les unités et les bases de missiles qui ont participé à la deuxième phase de ces manœuvres ont été caractérisées par des tirs de missiles de courte, de moyenne et de longue portée contre des objectifs semblables à ceux de l’ennemi ».

A noter que certains chefs de tribus ont assisté à ces manœuvres au sud-est du pays.

A souligner que parmi l’arsenal de Téhéran se trouvent des missiles balistiques ayant une portée de 2 000 kilomètres, capables d’atteindre Israël ou les bases américaines de la région, ainsi que les navires de la Ve flotte qui croisent dans le Golfe Persique.

Cela dit, les États-Unis n’allaient pas rester sans réagir ; ils ont discrètement renforcé leur présence dans la région, selon le New-York Times. En effet, des chasseurs bombardiers F-15 ainsi que des avions furtifs auraient été déployés dans les bases du Moyen-Orient, et le nombre de dragueurs de mines auraient été portés à huit dans le Golfe Persique, pour empêcher que l’Iran ne ferme le détroit d’Ormuz, par où transite plus d’un tiers du pétrole mondial.

Le renforcement des forces américaines a été annoncé au moment où les députés iraniens signaient un projet de loi visant à interdire le passage du détroit aux pétroliers se rendant vers l’Union Européenne, celle-ci ayant voté l’embargo sur les hydrocarbures iraniens à partir du 1er juillet !

Al Manar - 4 juillet 2012.