écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Liberté pour Bahar Kimyongür afin qu’il puisse poursuivre sa mission d’homme de conscience, de justice et de vérité

.

1er décembre 2013 | - : Liberté d’expression Turquie Résistance

Appartenant à un peuple, le peuple serbe qui durant de nombreuses années n’a cessé d’être victime de maux, tels que le mensonge, la calomnie, la diabolisation de la part de l’appareil politico-médiatique de l’Ouest, avant que ne s’abatte sur lui le fléau de l’Otan, je ne peux qu’être entièrement solidaire avec Bahar Kimyongür qui avec le courage d’un héros mythique combat précisément ces maux partout où ils sévissent, que ce soit en Turquie, en Irak, en Libye ou actuellement en Syrie.

En effet, dans son livre Syriana, la conquête continue, il a mis à nu l’enfer orchestré par nos humanistes dans ce pays multiethnique, multinational, multiconfessionnel, qu’est la Syrie. Tel que l’Europe, la grande instigatrice du mal syrien, prétend se construire ! Naturellement, Bahar Kimyongür a dénoncé le rôle criminel que joue dans la tragédie syrienne l’Etat turc et c’est pourquoi, entre autres, celui-ci veut sa tête. Je suis bien placé pour employer ce terme tant au propre qu’au figuré, mon aïeul ayant été décapité par les Turcs qui n’ont pas manqué d’hisser sa tête sur les remparts d’une ville. Donc, j’ai toutes les raisons de me méfier de la justice turque en ce qui concerne le sort qu’elle pourrait réserver à notre frère Bahar, d’autant que la Turquie d’Erdogan ne cache point sa mentalité et ses ambitions néo-ottomanes.

Loin de le persécuter et de le faire croupir dans des geôles, il faut, bien au contraire et sans tarder, libérer Bahar Kimyongür afin qu’il puisse poursuivre sa mission d’homme de conscience, de justice et de vérité dans un monde qui en a grandement besoin.

KOMNEN BECIROVIC
écrivain-journaliste serbo-français
Paris, le 1 décembre 2013