écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Pourquoi la Suisse devrait-elle s’aligner sur les censeurs français ?

La municipalité de la ville suisse de Nyon n’avait pas l’intention d’interdire les spectacles de Dieudonné programmés au Théâtre de Marens les 3, 4 et 5 février. Toutefois, suite à l’intervention de la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICADE) et de la LICRA, elle semble aujourd’hui hésiter.

Les municipaux nyonnais devraient avoir bien présent à l’esprit que ces officines ne sont pas forcement neutres ; qu’elles peuvent exagérer le phénomène de l’antisémitisme à des fins politiques ; qu’il y a un harcèlement contre l’humoriste qui dure depuis 10 ans. De 2004 à 2007 la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) a perdu les 17 procès qu’elle avait intenté contre Dieudonné pour antisémitisme. Elle n’en a pas moins continué de le traîner de procès en procès jusqu’à ce jour, ce qui, comme chacun peut le comprendre, l’a conduit à se révolter jusqu’à l’excès.

Cet acharnement contre l’humoriste que certains veulent réduire au silence par la censure doit cesser.

En fait, ce qui est en jeu dans la décision qui sera prise demain est le choix entre la censure et la liberté d’expression.

Interdire le spectacle de Dieudonné reviendrait à violer l’Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) qui statue :
« Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

En France, en dépit du chorus médiatique assourdissant qui s’est déchaîné contre Dieudonné, de nombreux Français ont été profondément choqués par la censure qui a été imposée au terme d’une folle journée de décisions contradictoires et se reconnaissent dans les propos du Professeur Christophe Oberlin :
« Les commentaires à sens unique de nos radios et télévisions nationales donnent le frisson. Ceux qui condamnent Dieudonné n’ont pas assisté à ses spectacles, et n’ont pas réalisé qui est son public : un public de jeunes, extraordinairement diversifié, qui représente une France fraternelle, fondamentalement antiraciste, la France de demain.
Alors il y a heureusement quelques poches de résistance dans les tribunaux. Et le jugement prononcé à Nantes, cassant l’interdiction d’un spectacle de Dieudonné, rassure. Toutes les barrières n’ont pas cédé.
Et voilà qu’un juge unique du Conseil d’Etat, sur simple convocation du gouvernement, dans un texte d’une pauvreté affligeante, dépourvu du moindre fondement juridique, impose son opinion à toutes les lois existantes, à tous les arrêts précédents français et européens !
La France qui dérape, elle est là.
 » (*)

Pourquoi la Suisse, qui a su jusqu’ici préserver un peu de son indépendance et de sa liberté, devrait-elle s’aligner sur la décision très contestable – et très contestée - d’un juge français ?

Quant au « risque de troubles à l’ordre public » qui pourrait être invoqué, il ne tient pas la route. Il n’y a jamais eu aucun incident lors des précédentes représentations de Dieudonné en Suisse. En 2010, le Tribunal fédéral, a déjà donné raison aux organisateurs d’un spectacle de Dieudonné et désavoué la décision d’interdiction de la Ville de Genève ; cette décision a fait jurisprudence. En outre, chacun a pu voir que les spectateurs privés de son spectacle à Nantes se sont dispersés dans le calme.

Il n’y a donc jamais eu de troubles dans la rue à cause de Dieudonné ou de son public. Rien ne justifierait aux yeux des Suisses qui sont attachés à la liberté d’expression que ce spectacle ne soit pas maintenu comme prévu.

Pour plus d’information, voir :

(*) Par Christophe Oberlin
Interdiction de Dieudonné : La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt
10 JANVIER 2014 |
http://www.silviacattori.net/article5272.html

Par Matthieu Béguelin - LE TEMPS (GENÈVE)
Affaire Dieudonné : Manuel Valls en ministre de la censure
9 JANVIER 2014 |
http://www.silviacattori.net/article5270.html

Silvia Cattori