écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Echange entre M. Oberlin et une lectrice
L’humoriste Dieudonné en débat

Nous publions la réponse de M. Christophe Oberlin au courriel qu’une lectrice lui a adressé à la suite de la publication de son article "La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt" (*). [SC]

Christophe Oberlin répond à Madame Nadja, une sympathisante pro-palestinienne qui l’interpelle sur son soutien à l’humoriste Dieudonné

[Le courriel de Mme Nadja figure plus bas]

Chère Nadja,

Vous me faites part de votre étonnement, partagé dites-vous « par le milieu pro-palestinien en France », à la suite de mon soutien à l’humoriste Dieudonné.

Je réponds à votre message.

Vous reconnaissez ne pas avoir vu de spectacles de Dieudonné, mais seulement des vidéos sur le net. Pour ma part j’ai vu quatre ou cinq spectacles, que j’ai hautement appréciés. Tous les sketchs ne sont pas du même niveau, c’est normal. L’humoriste les remanie d’ailleurs presque continuellement, d’un jour à l’autre. Beaucoup sont excellents. Pourquoi condamner Dieudonné, et lui seul, à l’excellence permanente ? Il m’est arrivé de voir sur le Net certains anciens sketchs de Coluche artiste que j’apprécie beaucoup, et certains qui n’étaient pas bons du tout. Les artistes ne sont pas obligés de ne produire que le meilleur. Certains tableaux de Van Gogh sont des croûtes ! Par ailleurs vous remarquerez que les spectacles de Dieudonné ne bénéficient jamais d’une "critique" au sens de "critique de spectacle", mais de condamnations à partir de petites phrases.

Vous qualifiez la chanson Shoahnanas de "débilissime". C’est votre droit. Mais avez-vous mesuré le mépris raciste contenu dans la chanson initiale ? La caricature de l’afro antillais qui danse et boit du ptit-punch est ressentie comme une insulte. Avez-vous compris que les "ananas" étaient les africains déportés vers l’Amérique ? etc. Avez-vous remarqué que nous ne commémorions que l’abolition de l’esclavage (à "notre" honneur), et non pas les esclaves eux-mêmes. Les "gaulois" ne se rendent pas compte à quel point la mémoire de l’esclavage est présente chez les descendants. Je me souviens, dans une vie antérieure, d’avoir organisé et "modéré" un colloque sur les plantes médicinales en Antilles-Guyane. Parmi les chercheurs qui étaient originaires d’Antilles-Guyane, pas un seul n’a omis dans sa présentation une allusion à la traite ! Et cette mémoire non reconnue est source de rancœur. Les Antilles "françaises" seront un jour indépendantes.

Vous citez ensuite Faurisson, mais auriez-vous l’honnêteté de me dire si vous avez lu l’un de ses textes ? Si oui, qu’en avez-vous retenu ?

"Dire que les juifs n’ont que des défauts" : ma vidéo parlant des "Américains" et des "Corses" se voulait pédagogique. Je constate que c’est un échec !

Vous argumentez sur le sketch de Desproges en rappelant que les déportations étaient payées à la SNCF ! Vous conviendrez avec moi que ce n’est pas le sujet, et que ce que dit Desproges est un trait d’humour noir. Le fait que les transports auraient été rémunérées ne change rien à l’énormité du trait et au fait que l’on peut parfaitement ne pas en rire. On n’est pas obligé de rire de tout. Mais laissons rire les rieurs qui ne voient pas nécessairement du mal partout, et surtout qui font la part des choses entre le premier et le deuxième degré.

J’ai choisi l’exemple de Lubitsch comme un exemple d’humour sur un sujet dramatique, et alors même que le drame n’était pas terminé. Il fallait oser faire un film drôle sur un sujet qui ne l’était pas. Et personne, ni pendant la deuxième guerre ni après, n’a demandé l’interdiction du film !

Concernant la quenelle à Auschwitz, je n’ai pas dit que j’appréciais le geste, j’ai simplement dit que je ne me sentais pas atteint dans ma dignité, et que le message politique était fort.

Mais vous évoquez ensuite le mémorial du génocide à Berlin : j’y suis allé, et j’ai été effaré que ce mémorial soit adossé au parlement allemand. Cette proximité symbolique a pour objet à l’évidence de faire peser sur les parlementaires actuels le poids de la culpabilité des crimes nazis. Il est regrettable que l’hommage aux martyrs se soit transformé en propagande pour Israël.

Vous me dites : "En soutenant Dieudonné vous cautionnez indirectement l’amalgame entre antisionisme et antisémitisme". Je vous pose la question : combien de personnes en France se considèrent comme juives ? Combien d’adhérents à L’UJFP ? C’est quoi l’enjeu ? Les Palestiniens assassinés, bombardés et torturés, ou le chantage à l’antisémitisme ? Il n’est pas sain dans notre pays que le soutien à une population massacrée soit à chaque instant freiné par le souci, bien orchestré, d’entacher sa propre réputation. Pour ma part cela ne me fait pas peur. J’ai mes règles de vie, et je me fiche complètement de passer pour un antisémite auprès des crétins et des malfaisants. Je note toutefois, après avoir commis quelques bouquins, donné des dizaines de conférences dont un certain nombre sont en intégralité sur le net, que le lobby pro-israélien, à l’affût, n’a pour l’instant pas pu assouvir son envie. Je l’attends le pied ferme.

Christophe Oberlin
7 avril 2014


Courriel adressé par Mme Nadja à M. Oberlin en réaction à son article "La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt"

Monsieur Oberlin, Bonjour

J’ai vu votre vidéo de soutien à Dieudonné (**) reçue via mon réseau de
militants pro-palestiniens.

Je souhaiterais, en toute sympathie, vous interpeller sur ce soutien
surprenant à Dieudonné !

Évidemment, nous sommes en démocratie et vous avez donc certes le droit
de soutenir qui bon vous semble comme Dieudo.

Mais, quel émoi suscite votre soutien à Dieudo au sein des milieux
antisionistes ainsi qu’auprès des militants de la cause palestinienne et
du mouvement de solidarité avec le peuple palestinien (dont je fais
partie) !

Vous êtes selon moi un modèle exemplaire d’autorité morale et surtout
philosophique à suivre.

Car, ne l’oublions pas, vous sauvez des vies palestiniennes et tout le
monde vous admire pour tous ces gestes d’humanité et de courage.

Mais, quel trouble que ce soutien à Dieudo !

Quelques remarques concernant votre soutien public à Dieudo :

1- Vous proposez un extrait du sketch sur les juifs de Desproges (que
j’adore du reste). En apparence, comme ça c’est plutôt drôle en effet.
Mais, en réalité, cela ne l’est pas du tout car les juifs payaient leur
déportation. En France, leur déportation était payée à la SNCF qui
"recevait un paiement par juif déporté calculé comme un train normal,
selon le tarif habituel d’une personne assise et en fonction du nombre de
kilomètres parcouru" (cf procès SNCF vs Survivants de la déportation) ;

2 - Vous présentez un autre extrait du génialissime Lubitsch et de son
génialissime "To be or not to be" (réalisé en 1942) ; film que je
connais par cœur pour l’avoir vu un milliard de fois. Or, ce film n’est
pas du tout une comédie sur les juifs. Il n’est absolument pas du tout
question de ça. Ce film est une comédie à charge contre la barbarie
nazie et Hitler dont Lubitsch prend un immense plaisir à en faire une
caricature drôle, caustique, cynique et cinglante.

3- Concernant la quenelle, qui n’est pas selon moi un salut nazi inversé,
elle demeure néanmoins pour le moins douteuse quand elle est faite dans
des lieux de mémoire comme Auschwitz. Non mais, quelle idée d’aller faire
une quenelle à Auschwitz ! Vous, cela ne vous choque pas moi, ça me
dérange. Quant à la quenelle faite par Alain Soral au Mémorial de la
Shoah à Berlin, elle est pour le moins suspecte. L’attitude d’Alain Soral
sur cette photo est plutôt louche, il effectue un franc geste proche d’un
salut nationaliste arborant au visage une expression guerrière, voire
haineuse.

Entre les génies de Desproges et de Lubitsch, on est bien loin de Dieudo
qui a certes du talent mais pas vraiment de génie.

A ce propos, vous dites que les gens n’ont pas vu ses spectacles et
l’accusent à tort (ce qui est en partie vrai). Personnellement, pour me
faire ma propre idée sur le personnage, je me suis infligée de regarder
sur internet certains de ses spectacles (en accès libre). Je refuse
d’aller à ses spectacles et d’être prise en otage.
Entre nous, c’est toujours un peu la même chose et on a l’impression de
tourner en rond.
C’est vrai, ces spectacles ne sont pas forcément antisémites mais c’est
tout ce qu’il y a autour qui pose question comme par exemple la très
"débilissime" chanson Shoahananas (qu’il interprète dans une vidéo avec
Faurisson).

Aussi, toujours dans l’idée de juger par moi-même, je me suis infligée
de regarder son film "l’antisémite" qui est vraiment "nul à chier". Ce
film est sexiste (les femmes y sont stupides, hystériques et nymphomanes),
homophobe (le réalisateur dans le film est caricaturé par une espèce de
"folle"), antisémite (le grand cancérologue juif qui a la grosse tête et
surtout le producteur juif habillé en nazi -interprété par Alain Soral-
qui lorsqu’il débarque sur le tournage du film, la première chose qu’il
fait c’est de se sauter l’actrice archi nulle et hystérique) et raciste
(les libanais chiites y sont franchement caricaturés).

Dieudonné dit qu’il fait des films pour que ceux ci ne soient pas
diffusés et distribués dans des salles de cinéma. A quoi servent-ils
donc si ce n’est pour faire de la propagande sexiste, antisémite,
homophobe et raciste ?

Dire que les juifs n’ont que des défauts, qui seraient principalement
liés à l’argent et au sexe (cf les affaires Strauss-Khan, Polanski et
Woody Allen), c’est la même chose que de dire que les arabes, les
musulmans et les noirs n’ont aussi que des défauts ("ce sont des sauvages,
des barbares" - Redeker ; "ce sont tous des voleurs, des dealers" - cf
Zemmour ; "ils se reproduisent comme des rats" - cf Finkielkraut sans
oublier "l’affaire des pains au chocolat" de Coppé).

En soutenant Dieudonné, vous cautionnez indirectement l’amalgame
(entretenu par Dieudo) entre antisionisme et antisémitisme. Cet amalgame
mine le moral des antisionistes juifs ou pas qui savent eux faire la
différence entre l’Etat d’Israël soutenu par les sionistes (juifs et
non juifs) et le peuple juif qui n’a strictement rien avoir avec tout ça,
ni avec le régime d’apartheid d’Israël qui opprime le peuple
palestinien et encore moins avec la dite Communauté juive organisée et
sioniste.

En tout cas, après avoir soutenu publiquement Dieudonné, j’espère qu’on
pourra vous entendre publiquement contre Valls qui est un personnage
plutôt dangereux à combattre.

Voici mon état d’esprit actuel : Contre Manuel Valls : OUI, Pour Dieudo et
Soral : NON !

En vous souhaitant une bonne continuation dans vos futures actions
humanitaires en Palestine,

Cordialement,

Nadja
4 avril 2014

[Mme Nadja a souhaité garder l’anonymat]


** Vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=kazsfNjtHTA&feature=youtu.be

(*) Voir :
La France qui dérape n’est pas celle qu’on nous montre du doigt :
http://www.silviacattori.net/article5272.html