écrits politiques

Français    English    Italiano    Español    Deutsch    عربي    русский    Português

Par Gilad Atzmon
Il n’est pas de business plus juteux que le Shoah Business

Aux Etats-Unis, dix-sept personnes viennent de se voir accuser par la justice d’avoir détourné 42 millions de dollars de fonds de dédommagements aux victimes de l’Holocauste abondés par le gouvernement allemand.

8 septembre 2012 | - : Lobbies

Le procureur général américain Preet Bharara a déclaré : « Nous avons affaire ici à plusieurs milliers de fausses déclarations ».

Les fraudeurs ont trompé des personnes qui n’étaient pas éligibles à ces dédommagements, si bien que tous ces gens se sont partagé entre eux des fonds qui n’auraient jamais dû leur être alloués.

« S’il est une cause dont on espèrerait et dont on attendrait qu’elle soit exempte de la pire rapacité et de fraude criminelle, c’est bien celle de la Conférence sur les Restitutions matérielles juives réclamées à l’Allemagne, qui aide quotidiennement des milliers de victimes pauvres et âgées des persécutions nazies », a ajouté M. Bharara, qui a poursuivi : « Malheureusement, les fonds destinés à aider ces victimes sont devenus des victimes eux-mêmes ».

L’adjoint au directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), Janice K. Fedarcyk, a déclaré : « Chacun des prévenus a joué un rôle en falsifiant, en remplissant et en traitant des demandes de dédommagements falsifiées au nom d’impétrants non éligibles, puis en se partageant le butin. Les fonds créés et alimentés par le gouvernement allemand pour aider les survivants de l’Holocauste ayant été siphonnés par des malfrats, ils n’ont pas pu être alloués, comme prévu, à ceux qui y avaient légitimement droit ».

Le FBI a eu le courage de mettre le nez dans les escroqueries à l’holocauste.

Je me demande combien il faudra de temps à nos historiens pour avoir suffisamment de courage pour traiter la Seconde guerre mondiale comme un chapitre de l’histoire parmi d’autres ? Combien de temps faudra-t-il aux pays d’Europe pour abroger les lois sur le négationnisme de l’Holocauste et pour réinstaurer la liberté d’expression ?

Combien de temps cela prendra-t-il pour que nous soyons à même d’étudier l’histoire juive comme le continuum qu’elle est, et non plus comme des accès isolés de victimitude lourdement chargés d’une « légitimité » fallacieuse à voler les Palestiniens ?

Sans doute plus très longtemps, j’espère…

Gilad Atzmon - 10 novembre 2010